Rechercher

Glass (2019)


Réalisateur : M. Night Shyamalan Casting : James McAvoy, Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Anya Taylor-Joy. Bande Originale : West Dylan Thordson

Glass est le troisième et dernier opus de la trilogie super-héroïque commencée il y a 19 ans par M. Night Shyamalan. Retraçant successivement l’histoire de Davis Dunn (Bruce Willis) dans Incassable en 2000 puis de Kevin Crumb (James McAvoy) dans Split en 2017 et enfin celle d’Elijah Price (Samuel L. Jackson) dans Glass, cette trilogie mettant en avant des personnes hors du commun nous promettait un final exaltant.


L’histoire reprend juste après les évènements survenus dans Split. Nous retrouvons David poursuivant Kévin, aka La Bête, ainsi que ses 23 autres personnalités et Elijah, là où nous l’avions laissé 19 ans plus tôt, à l’hôpital psychiatrique. Le fils de David reprend son rôle de confident et d’acolyte tandis que Sarah Paulson intègre le casting sous les traits du docteur Ellie Staple.


Finalement, Glass est déconcertant par bien des aspects. David -l’homme incassable- fait presque figure de personnage secondaire tandis que la lumière se porte sur Elijah et Kévin +24. Son fils continue de croire en lui et de le soutenir dans sa quête de Surveillant alors qu’Ellie Staple essaie de lui faire admettre l’inexistence de ses pouvoirs. Et là est le sujet du film, la démystification des super-héros. Le long passage à l’hôpital psychiatrique insiste fortement auprès des personnages pour leur faire admettre leur déviance mentale, mais finalement, c’est nous que le film parvient à faire douter. Les angles de prise de vue renforcent l’installation de ce doute, avec beaucoup de plans en caméra subjective, c’est à nous qu’Ellie Staple s’adresse, désormais nous remettons tout en question, nous doutons de ces héros et nous doutons de ce que nous croyions vrai depuis maintenant 19 ans.

Même si Night Shyamalan tente de démystifier ses héros, Glass est une déclaration d'amour au monde des Comics et aux héros qu'il a vu naître.


Faire un film de super-héros de nos jours n’est pas chose facile. Avec les nombreux films venant du MCU, du DCEU ou encore de la Fox, le genre super-héroïque a ancré ses codes dans le cinéma ne laissant que peu de place à l’innovation. Même si M. Night Shyamalan est plein de bonnes intentions et  souhaite imposer ses règles ça ne fonctionne pas. Glass aurait pu être couronné de succès s’il était sorti……… il y a 19 ans, à une époque où les films de super-héros ne faisaient pas encore loi dans le monde du cinéma. Mais aujourd'hui nous ne sommes que trop habitués à ce genre vu et revu.


Ce film est, même s’il tente de s’éloigner des classiques habituels, assez banal. L’histoire nous est racontée de A à Z sans prendre de gros risques scénaristiques. Le twist final est plus que prévisible et par le fait, casse tout l’attrait que pouvait avoir cette fin tant attendue.

Bien que l’histoire soit relativement simple et sans folie, M. Night Shyamalan nous offre une réalisation incroyable mêlant plans symétriques et plans complètement décalés avec des personnages de travers, un plan à l’envers et d’autres plans vus à travers des miroirs ou encore à travers l’eau. Ces plans tantôt carrés et stricts tantôt décalés et flous arrivent parfaitement à retranscrire l’état mental des personnages.

Le jeu des couleurs est également très important. Le violet pour Elijah, le vert pour David et le jaune et blanc pour Kévin+24 vont apparaître tout au long du film. Ces couleurs propres aux « héros » sont également arborées par leurs proches comme emblème de leur soutien et/ou de leur amour inconditionnel.


Nous pouvons également souligner l’incroyable performance de James McAvoy qui n’incarne pas seulement les personnalités découvertes dans Split, mais bien ses 24 personnalités, enchaînant parfois 16 personnages en moins de 5 minutes. Ce qui semble être un exploit dans cette scène, tombe légèrement dans le ridicule vers la fin du film. Bruce Willis ,quant à lui, arrive à se détacher de ses gimmicks trop présents dans ses précédents films et Samuel L. Jackson reste à son niveau habituel qui est…. excellent.


Malgré quelques incohérences et scènes trop prévisibles, Glass est un très bon divertissement qui reste dans la digne lignée de ses deux prédécesseurs. Avec une très belle réalisation et un jeu d’acteurs de très bonne qualité, ce film vous emmènera (si vous adhérer à Night Shyamalan bien-sûr) volontiers avec lui. Si vous en avez marre des films standard de super-héros qui ne prennent plus de risques, allez voir Glass qui saura vous offrir un film différent de par ses messages,  ses enjeux et sa réalisation.


Ecrit par Lyria


0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now