Rechercher

La Favorite (2019)


Réalisateur : Yórgos Lánthimos

Casting : Olivia Colman, Emma Stone, Rachel Weisz

Après The Lobster et Mise à mort du cerf sacré, Yórgos Lánthimos revient avec La Favorite, nominé à plusieurs reprises aux Oscars.

Alors que la reine Anne ne se porte pas bien, son amie et bras droit, Sarah Churchill s’occupe d’elle tout en l’aidant à prendre certaines décisions politiques. Sa cousine Abigail Hill, ancienne Dame fait alors son entrée à la cour, bien déterminée à retrouver son statut de noble. C’est alors qu’une grande rivalité va s’installer entre Sarah et Abigail pour conquérir l’admiration de la reine. Entre trahisons et manipulations, qui deviendra la favorite ?


Ce film est une œuvre vraiment à part, une œuvre qui a su donner un vent de fraîcheur au genre historique. Le réalisateur propose un film assez singulier où nous retrouvons le style qu’il avait déjà implanté dans ses autres long-métrages. En effet, la réalisation de La Favorite est juste incroyablement soignée et immersive. On est plongé dans ce grand château du 18ème siècle avec des décors chargés et austères mais sublimes. Le tout est accompagné d’une photographie très raffinée aux couleurs sombres marquées.


Nous avons des mouvements de caméra très stricts qui mettent en valeur l’aspect rigide la haute société de l’époque. De plus, il y a un nombre incalculable de plans magnifiques comme des plans très symétriques ou encore des plans filmant les personnages en contre plongée qui renforce l’aspect décalé que peut avoir le film. Il est également important de souligner la beauté des costumes qui contribuent à la réussite de cette reconstruction historique.


La Favorite est accompagnée d’une bande originale incluant des compositions classiques qui collent parfaitement aux scènes et qui apportent de l’intensité. Le ton de ce film est très particulier, il balance entre tragédie et humour noir et parfois absurde. Un aspect absurde appuyé par des dialogues très raffinés mais parfois ponctués de répliques brutalement « rentre-dedans ». Cela peut même rappeler The Lobster où les dialogues accentuaient le propos du film.


Les trois actrices principales ont d’ailleurs été nommées aux Oscars et ces nominations sont franchement méritées car leur jeu est incroyablement juste. Elles arrivent à jouer des personnages avec une réelle psychologie mais parfois tournés en ridicule et caricaturés, faisant penser à des personnages de théâtre comique de l’époque.

La reine Anne (Olivia Colman) est une femme qui au premier abord semble capricieuse et irresponsable car elle est très influençable sur ses décisions. En réalité, nous découvrons que c’est une femme qui souffre, elle est très seule et manque cruellement d’affection. On peut d’ailleurs le voir par le grand nombre de lapins qu’elle possède. Cette reine va profiter de cette rivalité et du fait qu’on se batte pour elle car elle est choyée et s’en rend bien compte. Néanmoins, on éprouve beaucoup d’empathie pour elle car même si elle est au pouvoir, cette reine est très malheureuse.


Abigail (Emma Stone) et Sarah (Rachel Weisz) sont quant à elle, des femmes qui savent ce qu’elles veulent. Elles sont déterminées, n’ont peur de rien et sont prêtes à tout pour arriver à leur fin même à commettre des actes immoraux. Elles sont pourtant de la même famille mais vont se livrer une guerre sans nom.

Abigail est une ancienne Dame déchue qui veut retrouver sa noblesse après que sa famille ait sombré dans le déclin. Elle est manipulatrice et très intelligente et n’hésite pas à commettre les pires trahisons pour arriver à bout de ses intentions et être la chouchoute de la reine.


Sarah qui a su trouver sa place auprès de la reine, se sent en danger et ne veut pas perdre tout ce qu’elle a réussi à obtenir notamment le pouvoir car elle a une certaine capacité d’influence sur la reine. C’est une femme intelligente mais qui peut se laisser déborder par son impulsivité.


Et dans cette dispute, nous retrouvons un côté un peu enfantin qui est amusant car ces femmes sont parfois immatures. Elles peuvent avoir des réactions très drôles comme se jeter des livres au visage ou encore faire semblant de pleurer devant la chambre de la reine.


Le long-métrage recèle également de nombreux propos et métaphores. On a tout d’abord une critique de la haute société de l’époque où l’hypocrisie règne et où les individus sont jugés par leur statut social. Yórgos Lánthimos montre des personnages qui peuvent parfois sembler aux yeux du spectateur, dépourvus d’âme. Quelque chose que l’on pouvait notamment retrouver dans The Lobster. Le réalisateur a imposé d’ailleurs son propre style que l’on retrouvait aussi dans ses précédents films, un style classe et raffiné mettant en scène des situations pouvant parfois provoquer le malaise chez le spectateur.

Et si le titre du film ne contient aucun nom d’animal, on a encore une fois une présence d’animaux (lapins, oies, homards) qui apporte du sens au film, le spectateur pourra l’interpréter comme il le souhaite.


En conclusion, La Favorite est un excellent film qui mérite amplement toutes ses nominations. C’est une œuvre à part entière d’un réalisateur au style particulier qui montre une maîtrise totale de son sujet et de la réalisation. C’est un film très prenant et parfois décalé qui est purement jouissif.


                                                                                                         Ecrit par Totole



0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now