Rechercher

La Mule (2019)


Réalisation: Clint Eastwood Casting: Clint Eastwood, Bradley Cooper, Michael Peña, Laurence Fishburne Bande Originale: Arturo Sandoval

Le grand retour de Clint Eastwood derrière et surtout devant la caméra. Après quelques films un peu trop patriotiques, le voici de retour pour La Mule. Ce film retrace l’aventure de Earl Stone, un nonagénaire sur le point de faire faillite qui n’a plus aucun lien avec sa famille. Alors que son entreprise est sur le point d’être saisie, il devient chauffeur pour un cartel mexicain, transportant de grandes quantités de drogue sur les routes rurales du sud des Etats-Unis.


Et c’est un retour gagnant pour Monsieur Eastwood. Fini les personnages durs et bourrins. Maintenant, il est un homme fragile, sentimental, attachant et en complet décalage avec le monde qui l’entoure. Au-delà d’un thriller/policier, ce film sonne comme un mot d’excuse de Clint Eastwood envers sa famille, envers Iris (la fille d’Earl), mais aussi envers Alison Eastwood (sa fille) qui interprète Iris. Earl Stone n’a consacré que trop peu de temps à sa famille à cause de son travail et nous pourrions également penser que c’est aussi le cas de Clint Eastwood. A travers les yeux de Earl, Eastwood nous transmet tout son humanisme mais aussi son incompréhension face à la société à laquelle il fait face, y répondant parfois sans aucun filtre car, à 90 ans, nous n’avons plus le temps de choisir nos mots. Ce qui rend ce film plus comique que dramatique.


Car non, ce film n’est pas une course poursuite entre les agents de la DEA (Bradley Cooper, Michael Peña) et Earl Stone. Bien que la bande-annonce nous ait promis un film policier qui pouvait pencher vers l’action, La Mule est un road-trip sympathique. Le road trip d’Earl, ce vieil homme qui aime les burgers et la polka. Cet homme seul, aimé de tous mais rejeté par les seuls qui comptent à ses yeux, sa famille.


Le film est entièrement porté par Clint Eastwood, qui à 88 ans, arrive à nous balader d’état en état, au rythme de ses courses. Voir un homme de 88 ans, porter un film de A à Z est remarquable, sans oublier le fait qu’il est également derrière la caméra. Bradley Cooper, Michael Peña et Laurence Fishburne ne sont que justification à la présence des forces gouvernementales. Mais au-delà de ça, c’est l’histoire de Earl qui est palpitante et non la chasse aux cartels de la DEA. Mais tout cela n’enlève rien à leur prestation dans le film, tous les acteurs sont très bien dirigés, tous très humains, comme Earl.


Un sentiment étrange ce dégage du film. Un mot d’excuse oui, mais également un mot d’adieu. L’adieu d’un homme qui a consacré sa vie à son travail et qui, maintenant, se retire. Les gros plans sur les fleurs reflètent (peut-être) le désir d’un retour à la nature, à une vie plus calme, à une vie bien vécue. Nous avons le sentiment que Clint Eastwood nous dit adieu, que désormais il a fait sa dernière course. Ce sentiment étrange, c’est de la mélancholie, un goût amer de dernier film, de dernière apparition.


Si toutes ces hypothèses sont bien réelles et mêmes si elles ne le sont pas, foncez voir ce film. Le film de Clint Eastwood, SON film. Laissez-le vous transporter une dernière fois et laissez-le vous transmettre tous les bons conseils « qu’un homme qui a assez vécu » peut vous donner. La Mule est une grande réussite à ne surtout pas manquer.


Ecrit par Lyria




0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now