Rechercher

Ma Vie Avec John F. Donovan (2019)


Réalisation: Xavier Dolan Casting: Kit Harington, Jacob Tremblay, Natalie Portman, Susan Sarandon.

Bande Originale: Gabriel Yared


Deux ans et demi après Juste La Fin Du Monde, Xavier Dolan revient derrière la caméra pour son premier film 100% anglophone. Un casting de haut-vol pour une histoire intrigante. Ma Vie avec John. F Donovan raconte la correspondance épistolaire entre Rupert Turner, un enfant de 11 ans et John Donovan, un acteur montant de série télé. 11 ans après la mort de l’acteur, Rupert décide de publier ses lettres et de raconter son histoire, leur histoire.


L’attente était immense. Xavier Dolan nous ayant habitués à des films d’une grande qualité, son nouvel opus promettait des merveilles. Même si la communication autour du film n’a commencé qu’il y a deux mois, cela fait des années que nous l’attendons.


Un nouveau film mais les mêmes thématiques. Un enfant et un homme, tous deux homosexuels, plongés dans une grande solitude, se sentant incompris de leur mère et du monde qui les entoure.

Ces thématiques récurrentes sont cette fois abordées plus profondément, plus intimement. Nous plongeons dans deux récits, celui de Rupert qui veut hurler son admiration pour son idole et John qui se bat pour mener de front sa carrière et sa réputation.


Mais au-delà de ça, le film aborde le thème de la célébrité. John qui a toujours été en manque d’attention, cherche maintenant à la fuir. Un homme connu pour son rôle, pour son image mais qui conserve une part d’ombre qu’il ne laisse voir à personne. Le revers de la médaille est là : être connu sans l’être réellement.

John est un homme célèbre, il est admiré de tous mais ce que son public admire est l’image qu’il a de lui. Un acteur de série beau gosse qui mène une vie de rêve. Mais non, ses failles personne ne les voit et personne ne veut les voir.

Rupert, quant à lui, est un enfant solitaire, incompris de sa mère, de ses camarades et de ses professeurs. Il souhaite devenir comme son idole et lui voue une infaillible admiration .


Grâce à leur correspondance, les deux hommes vont mutuellement se sauver puis se détruire. Paradoxe étrange car chacun permet à l’autre de se sentir mieux mais également de se sentir encore plus seul et rejeté.


Le rôle de John F. Donovan semble être écrit pour Kit Harington. De nombreux parallèles entre la vie de Kit et celle de John sont présents. John Donovan et Jon Snow sont joués par Kit Harington, un acteur de série découvert du grand public du jour au lendemain. John Donovan était en pole position pour jouer le rôle d’un super-héros tout comme Kit Harington était pressenti pour reprendre le rôle de Batman. Et enfin la réplique culte

« -Et si j’avais volé la place d’un autre ? - Vous ne pouvez pas voler une place qui a été faite pour vous »

Tant de coïncidences qui ne semblent pas être des coïncidences.


Kit Harington est donc parfait pour le rôle mais Jacob Tremblay lui, crève l’écran. Du haut de ses 12 ans, le jeune garçon incarne son rôle avec une justesse déconcertante, sachant transmettre toute l’émotion du monde à travers les répliques d’un enfant. Le reste du casting est lui aussi irréprochable que ce soit Natalie Portman, Thandie Newton, Ben Schnetzer ou encore Susan Sarandon, tous excellent.


Xavier Dolan filme tout ce qu’il voudrait voir en tant que spectateur. Son film est plus abouti et cela se ressent de l’autre côté de la caméra. Le flou omniprésent ainsi que les gros plans accentuent la solitude des personnages et nous confronte nous aussi à notre propre solitude. Les plans aériens de New York en opposition à la petite chambre de Rupert transmettent ce sentiment de différence, ils n’appartiennent pas au même monde. Mais pourtant, les mêmes questions se posent ; Que savent réellement les gens de nous ? Qui croient-ils connaître et qui croient-ils comprendre ? Tant de questions que soulèvent ce film.


Célébrité, légitimité, loyauté, amitié et déchéance. Xavier Dolan nous livre son nouveau film qui vous transcendera si vous adhérer à son univers ou vous laissera impassible si vous n’aimez pas Dolan. Un réalisateur qui peut être fier de son film, qui nous confronte à nos rêves d’enfant. Car cet enfant, c’est nous.


PS : Ne vous spoilez pas la BO.

Ecrit par Lyria


0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now