Rechercher

The Hate U Give (2019)


Réalisation: George Tillman JR.

Casting: Amandla Stenberg, Russell Hornsby, Anthony Mackie

Bande Originale: Dustin d'Halloran


The Hate U Give, aborde la vie de Starr Carter, une jeune fille de 16 ans grandissant dans un quartier défavorisé majoritairement composé d’afro-américains. Alors qu’elle rentre de soirée, elle assiste au meurtre de son meilleur ami, abattu par un policier.


C’est à partir de ce moment là que la vie de Starr bascule, elle qui étudie dans une école huppée de la ville, elle se rend compte de la réalité et de la cruauté de la vie. Bien que son père ait toujours mis ses enfants en garde contre le racisme ambiant, la brutalité policière lui fait ouvrir les yeux sur la dangerosité de la société dans laquelle elle évolue.


Cette société qui tue son peuple est au cœur de ce film. Le meurtre de Khalil n’est pas vraiment le sujet propre. Il sert juste à révéler les injustices dont est victime le peuple afro-américain. Plusieurs points de vue s’entrechoquent ; celui de Starr qui voit de nouveau un de ses amis mourir, celui des autres jeunes de son école qui idéalisent la condition des noirs en la limitant au rap et à Tupac, ainsi que le point de vue de l’oncle de Starr, un policier afro-américain, qui lui-même admet ses propres limites face au conditionnement sociétal.


La mort de Khalil est remise bien évidemment en question, car si un noir est tué, il avait forcément des choses à se reprocher. La police et les médias justifient un meurtre par un passé, par des suspicions plutôt que sur la faute d’un policier.


Beaucoup d’images sont frappantes, le film ne nous caresse pas dans le sens du poil mais nous confronte à la dure réalité. Ces meurtres que l’on voit de loin, auxquels nous sommes extérieurs nous sont maintenant présentés sous les yeux et il est impossible de détourner le regard.


Ce film nous immerge à Garden Heights, dans le « ghetto » comme l’appelle Starr, et nous la suivons se battre pour les droits de Khalil, pour ses droits, pour les droits de sa communauté. Sa communauté qui, oui, trafique, vol, est rongée par la drogue mais qui ne mérite pas la mort pour autant.


La musique joue elle-aussi un rôle important dans la retranscription des faits. Le Rap US y est prédominant mais quand les scènes se corsent, la musique devient lourde et plus orchestrale ce qui intensifie fortement les émotions.


Un leitmotiv parcourt ce film, « The Hate You Give Little Infants F**ks Everybody (T.H.U.G L.I.F.E) » (La Haine que Vous Donnez aux Enfants Détruit Tout). Une phrase de Tupac qui est parfaitement retranscrite dans ce film.


Tous les acteurs sont parfaits, ils incarnent chacun une vision de leur société à travers les âges, les parents de Starr, ses frères ou encore ses camarades de classe ont un avis, parfois raciste, mais un avis sur les évènements et chaque personnage incarne un avis. Amandla Stenberg porte le film à elle-seule. Nous avons peur avec elle et nous souffrons avec elle, toutes ses émotions sont crédibles et nous frappent avec une intense violence.


The Hate U Give, est marquant, on ne sort pas indemne de ce film. Quelque soit notre couleur de peau, nous ne pouvons pas rester indifférents aux messages que transmet ce film. Allez suivre le parcours initiatique de Starr, qui apprend à survivre dans le monde qui l’entoure. Vous l’aurez compris, je vous recommande très fortement ce film tant il vous procurera de multiples émotions et vous soulèvera le cœur.

Ecrit par Lyria





20 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now