Rechercher

La Ballade de Buster Scruggs (2018)

Mis à jour : 17 janv. 2019


Réalisation: Ethan et Joel Coen

Casting: Tim Blake Nelson, James Franco, Liam Neeson, Harry Melling

Bande Originale: Carter Burwell.


La Ballade de Buster Scruggs est le dernier western des frères Coen et est disponible sur Netflix depuis le vendredi 16 Novembre. Il s'agit d'un film assez singulier de par son format, c'est une anthologie. En deux heures treize, ce film nous présente six épisodes chacun différent les uns des autres.

Le récit se déroule en suivant les chapitres d'un livre de courtes histoires que nous retrouvons adaptées à l'écran.

C'est également un mélange de genres, d'atmosphères et de répertoires.


Dans le premier épisode, nous suivons Buster Scruggs un cow-boy chanteur recherché par les autorités. Cette première partie brise les codes établis, et nous offre une espèce de caricature de Lucky Luke. Buster Scruggs dégaine plus vite que son ombre et ne manque jamais sa cible. Chaque scène est d'un comique détonnant voire absurde. En jouant sur le côté décalé de Buster Scruggs, ce premier épisode nous offre un humour qui ne s'arrête jamais, tout cela en chansons bien évidemment. Le tout est porté par des couleurs vives qui rendent le gore beaucoup plus absurde et une symétrie de paysages très bien maîtrisée. Un premier épisode déroutant tant par le jeu de Tim Blake Nelson que par des regards caméra assez inhabituels.


Changement de lieu, changement d'ambiance. Nous retrouvons cette fois-ci James Franco en braqueur de banque. Un épisode moins absurde mais qui conserve son humour. Le comique de situation fait son apparition au travers de scènes inattendues et plus fines qu'auparavant. Adieu la symétrie et les couleurs vives et bienvenue dans les immenses plaines du nord américain.


Episode trois, épisode dramatique, nous retrouvons Liam Neeson et Harry Melling en acteur ambulant. Le côté dramatique apparaît au travers du propos biblique et de la mise en scène très shakespearienne de leur spectacle. Adieu l'humour et accrochez- vous. L'humour est délaissé et laisse sa place à un message très fort que nous vous laissons découvrir.


Quatrième épisode, c'est la ruée vers l'or. Nous retrouvons les grandes plaines et les magnifiques paysages américains. Encore une fois l'humour s'estompe pour laisser place à un message plus fort et une ode à l'espoir et à la confiance en soi.


Cette fois-ci c'est l'amour qui fait son entrée, toujours dans les grands espaces retranscrits par une photographie à couper le souffle. Une photographie dirigée par Bruno Delbonnel, rien que ça. Laissez-vous transporter dans ce convoi pour l'Oregon en oubliant tout ce que vous venez de voir, car une nouvelle aventure commence.


Dernier épisode, c'est un huis-clos angoissant dans une calèche dans laquelle un trappeur raconte ses folles histoires à un auditoire peu réceptif. Changement de lieu, d'ambiance et de couleurs, cette fois, la noirceur a pris le dessus.


Ces six épisodes très différents portent chacun un message tantôt sérieux, tantôt léger. Dans tous les cas la solitude et la mort sont importantes et nous laissent découvrir comment tous ces personnages se démènent pour survivre dans ce far-west cruel et sans pitié. Car les frères Coen sont, eux-aussi, sans pitié avec nous. Ils nous font pleurer, rire en s'appuyant sur une photographie et une bande-originale changeantes au fil des épisodes, traversant les saisons et les histoires de chacun de ces personnages atypiques (qui sont, avouons-le plus que bien interprétés) . Laissez vous guider par l'espoir, l'amour, la surprise et la colère que ce film vous propose.


Ce dernier film d'Ethan et Joel Coen est assurément une réussite tant c'est une surprise. Leur empreinte reste très reconnaissable mais se fond dans tous les genres présentés.


Alors, foncez sur Netflix et admirez une oeuvre aussi magnifique sur le plan visuel que moral et immergez-vous dans le far-west vu par les frères Coen.


Ecrit par Lyria




0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now